top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurCommunication

Le Repère, web série en Lorraine, par son réalisateur Raphaël Médard



Comment as-tu vécu ton arrivée en Lorraine ?

Tout le monde était partant dans l’équipe fédérale, déjà ça c’est motivant, et quand je suis arrivé

dans les maisons, j’ai aussi senti que j’ai les gens avaient envie donc c’était plutôt rassurant !


Pour la 1 ère phase d’écriture, comment as-tu procédé avec les MJC ?

Il n’y a pas une seule MJC où j’ai fonctionné de la même manière ! J’ai un leitmotiv, c’est de me plier au fonctionnement des maisons mais aussi de leur public, de leur façon de faire… On est partis dans un premier temps du cahier des charges de la fédération, ensuite j’ai créé un synopsis de la websérie pour donner un cadre à tout le monde et pour savoir dans quel décor on allait tourner. Et après ça, j’ai auditionné chaque MJC pour savoir ce qu’elles voulaient valoriser au sein de leur maison, ce qui leur paraissait important, par quel biais elles voulaient rentrer dedans. L’atelier d’écriture, il commence souvent par des petits tirets, des mots, des idées et puis au fur et à mesure on développe ces idées, ça devient un synopsis de quelques lignes et puis au final sans s’en rendre compte on écrit des dialogues et ça fait un scénario qui tient la route. Je m’appuie vraiment sur les équipes qui savent avant moi quel public je vais avoir. Du coup je m’adapte un peu… beaucoup même !


Et comment tu arrives à traduire l’éducation populaire dans ta pratique de réalisateur ?

On fait les choses en se donnant des objectifs un peu rêveurs au départ, après on rassemble les

techniques « classiques » qu’on peut trouver ailleurs et on les met en pratique au travers de

situations accessibles. Ce n’est vraiment pas des cours, ça reste de la création ludique avec les armes des adhérents. Par exemple, certains n’aiment pas écrire et préfèrent improviser, d’autres groupes ont besoin d’un texte bien écrit pour être très cadrés… ça dépend vraiment des structures, ça se fait naturellement.


Tu dis que ça se fait naturellement mais il y a quand même ton expérience…

Bien sûr je cadre un petit peu le travail, je suis le garde-fou parce que je sais où on doit aller car on peut vite s’égarer. Mais je les laisse trouver leurs marques, je ne connais pas les maisons, je ne connais pas qui ils sont donc c’est à eux de nourrir ça, de bien se représenter, de bien se traduire. Ce qui est important c’est d’être juste dans la websérie, de raconter la vérité et il n’y a qu’en passant par eux qu’on peut le faire.


Sur les tournages, tu fais des liens entre les adhérents de différentes MJC ?

Les jeunes d’une structure au départ, ils ne connaissent pas le matériel. Après avoir travaillé 2 jours avec, ils le connaisse à peu près, toujours en étant accompagnés bien sûr. Quand ils arrivent sur un autre tournage, ils sont déjà « formés », ils sont plus à l’aise : c’est eux qui cadrent, qui accompagnent… ça me parait important qu’ils puissent transférer leur savoir-faire, ça permet de les mettre dans une autre position, c’est toujours valorisant pour eux. Et ça permet des rencontres, des personnes qui ne se connaissaient pas qui ne se seraient jamais rencontrés et ça marche plutôt bien.


Comment se passent les 1ers tournages en lorraine ?

Ils sont tous très différents car toutes les structures sont différentes. En même temps on se retrouve sur un tas de valeurs communes, donc on parle tous le même langage ça facilite les choses. Et puis, c’est toujours intense parce qu’on ne s’attend pas toujours à ce qu’est un tournage… Je fais en sorte que ce ne soit pas trop flippant dès le départ, j’essaye d’être assez rassurant. Les tournages sont denses. Quand je pense à tous les gamins, à toutes les personnes qui sont venues et qui sont reparties fatiguées le soir… Mais c’est de la bonne fatigue car on leur demande beaucoup d’attention, d’être dans leur rôle. Après la 1 ère prise même si elle est bonne, il faut souvent la refaire donc il faut faire mieux. Quand on en refait 10 derrière, ils ne comprennent pas toujours, ils râlent au départ mais quand ils voient le résultat, ils sentent sur le plateau que c’est beaucoup mieux et du coup ils sont heureux !


Et tu arrives à mettre en confiance les personnes dès le départ sans les connaitre ?

Ce sont les animateurs qui font le travail, qui les mobilisent à venir. Arrivés sur le plateau, une fois qu’ils sont là, ça fonctionne. Des fois, il faut être un peu plus insistant sur certains groupes parce qu’ils sont plus jeunes… A la fin, ils sont moteurs et c’est cool. On était à la MJC Etoile samedi, ilfaut ¼ d’heure pour se jauger et puis c’est parti. Le dimanche soir, ils ne voulaient pas repartir et me demandaient « Quand est ce qu’on se revoit ? » !

Ça donne envie aux gens de poursuivre, de continuer et puis de se rendre compte qu’un projet sur lequel ils avaient des a priori, dont ils ne voyaient pas forcément l’intérêt leur parle finalement…


Et là il reste combien de temps de tournage ?

Rires !

On en est au début… On va tourner jusqu’au 26 juillet tous les weekends et toutes les vacances

scolaires avec d’autres tournages en complément 2/3 jours par semaine.


Et ensuite le montage il va commencer en septembre ou tu le fais en parallèle ?

On va commencer des ateliers en parallèle avec quelques jeunes et quelques personnes intéressées sur une autre structure, d’autres pourrons se joindre par la suite. On va les initier à la technique et au montage image, ils vont apprendre comment monter dans le bon ordre pour que ça déclenche des émotions et que ça raconte bien la scène qu’on a tourné parce qu’on peut très bien avoir une scène très mauvaise parce que très mal montée et une scène avec la même matière qui sera une très belle scène. On va être là pour aiguiser leur regard et faire en sorte qu’ils s’expriment par rapport à ça.

Après ils n’arriveraient jamais à produire au rythme demandé pour le mois d’octobre mais ça c’est mon travail par la suite de le finir.


 

Les MJC impliquées : Pichon, Etoile, Laneuveville, Villey St Etienne, CTJEP Nooba, Villerupt...



17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page